Jacques Windenberger à Sarcelles

Jacques Windenberger s’est installé à Sarcelles de 1959 à 1969. Il est alors le témoin attentif de la construction du grand ensemble et de la vie de ses premiers habitants. Acteur de la vie culturelle locale, il a codirigé la MJC de Sarcelles avant d’en être élu président.


Sarcelles occupe une place particulière dans l’histoire de Jacques Windenberger puisque c’est en y observant la vie quotidienne de ses nombreux voisins que se produit le déclic qui le conduit à la photographie documentaire.

L’un des principes de cette forme de journalisme est la fidélité aux lieux et aux personnes. Jacques Windenberger est revenu travailler deux fois à Sarcelles. En 1992 et en 1994.

Ces deux campagnes ont été conçues et réalisées en collaboration avec plusieurs associations locales, selon la méthode d’information-participation. Elles ont donné lieu à l’édition de deux livrets, Sarcelles, arrêt sur images en 1992 et Quatre familles, deux ans plus tard.


Le projet Gueule d’hexagone est l’occasion pour Jacques Windenberger de passer le relais à Cédric Faimali et Sébastien Daycard-Heid pour prolonger son attentive et affectueuse chronique.

Jacques Windenberger s’est installé à Sarcelles de 1959 à 1969. Il est alors le témoin attentif de la construction de la ville nouvelle et de la vie de ses premiers habitants.

Sarcelles occupe une place particulière dans l’histoire de Jacques Windenberger puisque c’est en y observant la vie quotidienne de ses nombreux voisins que se produit le déclic qui le conduit à la photographie documentaire.

L’un des principes de cette forme de journalisme est la fidélité aux lieux et aux personnes. Jacques Windenberger est revenu travailler deux fois à Sarcelles. En 1992 et en 1994. Á chaque passage, ses photos ont donné lieu à des échanges avec les habitants ainsi qu’à l’édition d’un livret. Sarcelles, arrêt sur images en 1992 et Quatre familles, deux ans plus tard.

Le projet Gueule d’hexagone est l’occasion pour Jacques Windenberger de passer le relais à Cédric Faimali et Sébastien Daycard-Heid pour prolonger son attentive et affectueuse chronique.

Share

Laisser un commentaire